12 décembre 2010

La fois où j'ai failli mourir

C'était en l'an 2000, janvier 2000.

On était tous un peu déçus qu'il n'y ait pas eu de bug, finalement. Mais aucun lien avec mon histoire.

Non parce que l'histoire, c'est que à Magog, à 16 ans, si t'as pas de permis pis de char, bin tu marches. Les villages ont pas l'habitude d'avoir la bus de ville (sinon, faudrait l'appeler la bus de village, pis ça sonne drôle fak non).

Alors je m'enlignais pour marcher un solide 45 minutes pour revenir de chez une de mes amies, en plein jour, gros soleil, les bancs de neige hauts comme ma tête (je sais, c'est pas SI haut que ça, ma tête), l'air froid froid froid mais genre le fun, mon discman qui saute presque pas parce que j'ai mis des nouvelles batteries pis que j'me permets de mettre l'antichoc à on. La chouette vie.

Bin c'est là que j'ai failli mourir.

Je respirais tout à fait normalement quand soudain, je me suis étouffée avec ma bave. Je sais que c'est vraiment cave, s'étouffer avec sa bave en marchant dans la rue, mais je vous jure que c'est pas agréable! J'arrivais juste pu à reprendre mon souffle, je toussais, mais l'air ne pouvait que sortir de mon corps, plus rien n'entrait. Debout au milieu de la rue, je commençais à voir le paysage s'embrouiller, s'assombrir, ma face rouge, mes yeux embués. J'entendais encore les enfants qui jouaient pas si loin, mais comme flou. Je me disais que j'allais m'effondrer comme ça et qu'un d'entre eux me trouverait, morte raide, et que ça le traumatiserait à vie. J'avais un peu honte de ma mort, ça faisait bin trop faits divers, j'aurais préféré quelque chose de plus glorieux me semble. Je me disais que j'avais étudié mes maths pour rien, pis que j'aurais dû frencher Jo au party. Je me disais plein de trucs, avec mes genoux qui lâchent.

Et pis... Pouf! L'air est entré. De même, comme un imbécile qui arrive 5 minutes en retard.

Hep.

J'ai eu 96 % à l'examen de maths pis j'ai jamais frenché Jo.


_____

7 commentaires:

  1. Moi j'ai failli mourir en mangeant de la tarte aux cerises (je j'adore) chez ma soeur, trop chaude...
    Ma soeur l'oubliera jamais et moi non plus.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Valgod,
    J ' apprécie tout ce que tu écris . Reste toujours la même . TU ES SUPER !

    RépondreSupprimer
  3. Oh! Je ne sais pas trop quoi dire. Mais c'était un bon texte!! Moi je l'ai frenché Jo, mais je doute que ce soit le même, on est loin loin. Je l'ai même marié. C'est ben pour dire hein?

    Merci du divertissement!

    RépondreSupprimer
  4. Excellent texte. Ça me donne le goût de partir une tag.

    Tu en seras l'initiatrice (l'instigatrice?). Et je vais reprendre ton titre.

    J'espère que ça va marcher. Des fois ça marche pas pantoute.

    RépondreSupprimer
  5. There you go:

    http://sainthenri.blogspot.com/2010/12/tag-la-fois-ou-jai-failli-mourir.html

    RépondreSupprimer
  6. yeah genial!!! jai retrouvé ou jai pas eu les yeux en face des trous ce jour la ou jai cru que tu n'ecrivais plus sur ton blog. je vois que jai bcp a rattraper ds tes péripéties. J'aime ton style d'ecriture et la facon dont tu portes ton regard autour de nous continu comme cela

    RépondreSupprimer