17 mai 2011

Siffler en travaillant

Le concierge de l'endroit où je travaille siffle en travaillant. Je l'entendais hier soir, tout heureux de vivre...

J'avais un copain qui sifflait tout le temps. C'était pratiquement un réflexe pour lui : il sifflait en se préparant le matin, sifflait au labo toute la journée, sifflait en marchant dans la rue... Je sais qu'y'en a que ça gossait, mais j'ai toujours aimé le fait qu'il siffle. Ça me faisait sourire. Come on, quelqu'un qui siffle tout le temps ne peut pas être une mauvaise personne! Et là venez pas me parler d'un tueur en série qui sifflote en moppant le sang par terre...

Moi, j'ai le réflexe de marmonner l'air de la chanson qui est dans ma tête (et qui y reste généralement looooooongtemps).

Je me rappelle encore ce matin où je me croyais seule à l'appart et où je chantonnais haut et faux du Karkwa, de ma voix caverneuse et éraillée qui s'essaie sur des notes trop aiguës, et l'air amusé du Français quand il s'est pointé dans la cuisine en me disant ''bon matin...''. Et la honte rouge sur mes joues.

Je me rappelle aussi cette autre fois lointaine où je gueulais du Shania Twain sous la douche, et le douloureux call de mon coloc en congé surprise : ''Ouin, t'aimes ça, du Shania Twain!''

Combien de moments honteux aurais-je pu éviter si je sifflais au lieu de chantonner?


_____

7 commentaires:

  1. Dans un proche passé, j’avais 22ans, j’étais full ticul et je travaillais sous-terre pour la première fois de ma vie… L’une me mes tâches exigeait que je marche seule dans le noir 3km de galerie désaffectée avec de l’eau jusqu’aux chevilles et même jusqu’aux genoux et que je traverse, chemin faisant, d’anciens chantiers condamnés non remblayés, noyés dans le brouillard. Je venais de lire The hobbit avec Gollum, j’avais borderline peur du noir, j’étais pas certaine de ne pas être un peu claustrophobe, mais je devais faire mes preuves… Et un jour, en sortant de la cage, et ça m’a tombé dessus comme une tonne de brique! Le malaise, pure détresse. Et tout ce que j’ai trouvé à faire pour me rassurer, quand j’ai réalisé que j’étais incapable de me souvenir d’aucune chanson, ça a été de siffler.

    Plus d’une décennie plus tard, je siffle toujours en marchant sous terre, systématiquement…

    RépondreSupprimer
  2. Tu aurais pu écrire "L'homme qui vivait sous terre" de Richard Wright...

    RépondreSupprimer
  3. J'ai toujours pensé que le sifflement c'était une affaire de gars. Comme de taper le rythme du drum sur ses cuisses en écoutant de la musique dans le char.

    Moi je siffle surtout quand j'ai mes écouteurs, pour m'empêcher consciemment de murmurer les paroles en bougeant les lèvres. (et aussi dans l'espoir secret un peu pathétique que quelqu'un m'arrête pour me dire ah! oui, est bonne cette toune là, eille, t'écoutes d'la bonne musique, man!)

    Des fois je deviens parano pis je me dis que dans mon quartier, les gens doivent se dire, bon er'vlà l'siffleux, esti qu'y est gossant.

    RépondreSupprimer
  4. quelle toune de Shania tu chantais? :P

    RépondreSupprimer
  5. Man, I feel like a woman...

    (émoticone de honte)

    RépondreSupprimer
  6. Autant que je peux trouver ca cute et que ca peut me mettre de bonne humeur quelqu'un qui siffle, que depuis que je reste ou je suis et que j'entend mon proprio siffler quand je suis sur la bol, ça n'a plus du tout le meme impact sur moi.

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Mlle!

    Je travaille sur un projet artistique et c'est en plein ce que je cherche, un concierge qui siffle, je sais ça peut parraître bizarre mais c'est vrai... J'ai une question pour toi: je peux le trouver où ce concierge qui siffle?

    J'espère que tu vas bien même si tu as abandonné ton blog, en tous cas, si tu y reviens, j'espère que tu verrras mon post, je te remercie à l'avance de m'aider,

    petiteorteille@hotmail.com

    RépondreSupprimer